Tv

Tv est un mot de 2 lettres formé à partir du mot T auquel on ajoute la lettre V.

Tv
Tv

La télévision est un ensemble de techniques destinées à émettre et recevoir des séquences audiovisuelles, appelées programme télévisé (émissions, films et séquences publicitaires). Le contenu de ces programmes peut être décrit selon des procédés analogiques ou numériques tandis que leur transmission peut se faire par ondes radioélectriques ou par réseau câblé.

L'appareil permettant d'afficher des images d'un programme est dénommé téléviseur, ou, par métonymie, télévision, ou par apocope télé, ou par siglaison TV.

La télévision est tributaire d'un réseau économique, politique et culturel (langues nationales ou régionales, genres et formats, réglementation et autorisation de diffusion).

Étymologie

Le substantif féminin, télévision est réputé emprunté à l'anglais television, un substantif composé de tele- (« télé- ») et vision (« vision »), et attesté en 1907.

Histoire

Chronologie

1877-1878 ; suite à la découverte des propriétés photosensibles du sélénium et de la conception par Carl Wilhelm Siemens et William Siemens d'un « œil électrique artificiel », divers « inventeurs » (Adriano de Paiva au Portugal, Constantin Senlecq en France, George R.Carey aux États-Unis, Julian Ochorowicz en Pologne) formulent des propositions d'appareils de transmission des images à distance basé sur l'usage du sélénium.

1882 : l'électricien britannique L.B. Atkinson imagine le premier système de balayage par tambour de miroirs, qui sera théorisé en 1889 par l'Alsacien Lazare Weiller et utilisé par différents systèmes de télévision mécanique dans les années 1920.

1884 : l'inventeur allemand Paul Nipkow fait breveter un dispositif d'analyse d'images par lignes, le disque de Nipkow, qui est un des deux systèmes de balayage de la télévision mécanique.

1897 : invention du tube cathodique par Karl Ferdinand Braun.

1900 : lors du Congrès international d'électricité qui a lieu à Paris dans le cadre de l'Exposition universelle, l'ingénieur russe Constantin Perskyi présente une communication « Télévision au moyen de l'électricité » qui est la première apparition du terme en français.

1921 : Édouard Belin transmet une image fixe par radio et non plus par téléphone avec son bélinographe inventé en 1907 et effectue des essais de télévision en 1926.

1926, le 26 janvier : L'Écossais John Logie Baird effectue, à Londres, la première retransmission publique de télévision en direct : télévision à système mécanique (sans tube cathodique).

1927, le 28 décembre : le gouvernement Poincaré crée le service de radiodiffusion, rattaché aux PTT.

1928 : Hovannes Adamian montre une télévision en couleur à Londres.

1931, le 14 avril : première transmission française, par René Barthélemy, devant 800 invités, d'une image de trente lignes (court-métrage et prises de vues en direct) entre le laboratoire de la Compagnie des Compteurs de Montrouge et l'école supérieure d'électricité de Malakoff située à 2 kilomètres, présentée par Suzanne Bridoux. C'est la première transmission par émetteur, d’autres ayant été réalisées précédemment mais par fil.

1931, le 6 décembre : Henri de France fonde la Compagnie générale de télévision (CGT).

1932, en décembre : invention d'une caméra de télévision et réalisation par René Barthélemy d'un programme expérimental en noir et blanc d'une heure par semaine : « Paris Télévision ». Une centaine de postes reçoivent ce programme, la plupart dans les services publics.

1935, le 26 avril : inauguration par le ministre des PTT Georges Mandel de la première émission officielle publique de télévision française, en 60 lignes, sur la chaine Radio PTT Vision présentée par la comédienne Béatrice Bretty au 97 rue de Grenelle.

1935, le 17 novembre : Barthelemy améliore la définition de la télévision qui passe en 180 lignes et un émetteur d'ondes courtes est installé au sommet de la tour Eiffel.

1937, le 4 janvier : premières émissions quotidiennes françaises de 20 h à 20 h 30. Il y a une centaine de postes chez des particuliers.

1937, le 12 mai : premier reportage en direct par la BBC, lors du couronnement du roi George VI, puis français, lors de l'inauguration de l'Exposition universelle de 1937.

1939, le 3 septembre : arrêt des émissions en France pour cause de guerre avec l'Allemagne.

1941, dans des studios de la rue Cognacq-Jay émissions allemandes à usage interne de la Wehrmacht à Paris.

1944 : René Barthélémy met au point la définition de la télévision à 819 lignes.

1945, le 29 mars : réémission de la télévision française depuis les studios de Cognacq-Jay abandonnés par les Allemands.

1947, le 5 juin : premier direct en dehors des studios, depuis le théâtre des Champs-Élysées à Paris.

1948, le 20 novembre : le standard d'émission en France est désormais en 819 lignes. Une décision prise par François Mitterrand lorsqu'il est Secrétaire d’État à l'Information. La France est le seul pays à l'adopter avec la Belgique pour ses émissions francophones, les autres pays choisissant les 625 lignes.

1951 : Premières émissions publiques en couleurs aux États-Unis.

1952 : Premières transmissions télévisées en Belgique (819 lignes).

1953 : Le couronnement d'Élisabeth II est suivi en direct par 20 millions de personnes rien que dans le Royaume-Uni.

1962, le 11 juillet : premières images de télévision transmises en direct par satellite entre Andover (Maine) (États-Unis) et Pleumeur-Bodou (Bretagne, France).

1964 : création du premier écran à plasma, inventé dans une université de l’Illinois aux États-Unis par Donald L. Bitzer et H. Gene Slottow.

1964 : Début du réseau Eurovision centralisé autour d'une régie installée à Bruxelles.

1967 : le Secam, norme de codage de la vidéo en couleurs sur 625 lignes inventée par Henri de France, est adopté pour la télédiffusion française. L'URSS et les pays satellites d'Europe de l'Est s'y rallieront tout comme la plupart des pays francophones d'Afrique et du Moyen-Orient.

Télévision

La télévision est un moyen de diffuser par un courant électrique (ligne) ou par une onde (voie hertzienne), de façon séquentielle, les éléments d'une image analysée point par point, ligne après ligne. À l'origine, un mécanisme permet l'exploration d'un ensemble de cellules photoélectriques (mosaïque). Plus tard, le balayage de la mosaïque s'effectue par un mince faisceau d'électrons (analyse cathodique) et la première mosaïque composée d'éléments de sélénium est décrite, en 1877, par George R. Carey (Boston, États-Unis).

Inspiré par le Pantélégraphe de Caselli (1856), le principe du balayage apparaît en 1879, dans un projet de « télectroscope » de Constantin Senlecq, notaire dans le Pas-de-Calais : un mécanisme de pantographe explore la face arrière d'un verre dépoli sur lequel est projetée l'image d'un objet.

En 1884, l'ingénieur allemand Paul Nipkow dépose un brevet de « télescope électrique » (elektrisches Teleskop). Un disque, percé à sa périphérie de trous disposés selon une spirale centripète, analyse en tournant les brillances d'une ligne de l'image transmise par un objectif. Le décalage des trous permet de passer d'une ligne à l'autre. Dans ces divers cas, le caractère réversible de chacun des procédés doit assurer la reproduction de l'image.

En 1891, Raphael Eduard Liesegang publie l'ouvrage Beiträge zum Problem des electrischen Fernsehens (Contribution sur la question de la télévision électrique). L'ouvrage de R.W. Burns, Television, an International History of the Formative Years. The Institution of Electric Engineers, ne mentionne pas Liesegang, mais il dit que Rosing (cité ci-dessous) reconnaît sa dette envers lui.

En 1907, le russe Boris Rosing dépose un brevet qui propose d'utiliser un tube cathodique, perfectionné en 1898 par Ferdinand Braun, pour reproduire une image analysée par des moyens électromagnétiques. L'année suivante, un Anglais, Campbell-Swinton, propose l'utilisation du tube cathodique aussi bien à l'analyse qu'à la reproduction de l'image. Aucun de ces projets ne mentionne la reproduction du mouvement.

Ces projets conduisent Vladimir Zworykin, un Russe émigré aux États-Unis, à déposer en 1923 un brevet de télévision « tout électronique » (all electronic), alors qu'en Grande-Bretagne Logie Baird obtient une licence expérimentale en 1926 pour son « Televisor ». Les années 1930 allaient alors être marquées par des tentatives diverses d'émissions en Europe, principalement par la BBC de Grande-Bretagne, ainsi qu'aux États-Unis, mais la bataille entre les différentes licences et techniques utilisées d'une part, et la Seconde Guerre mondiale d'autre part, allaient retarder l'avènement de la télévision comme média populaire.

Au sortir de la guerre, Les États-Unis sont les premiers à imposer une normalisation technique qui facilite la progression rapide des stations d'émission et un accroissement fulgurant du parc des récepteurs (30 000 en 1947, 157 000 en 1948, 876 000 en 1949, 3,9 millions en 1952). « L'année 1949 est [alors] celle de l'explosion. La grille des programmes de l'automne abonde en émissions en tout genre, annonciatrices de ce que nous pouvons voir à l'écran aujourd'hui : fictions comiques et dramatiques, théâtre, films, sport et, bien sûr, variétés et jeux de connaissances générales richement dotés. ».

Le 14 février 1957, le pape Pie XII fait de Claire d'Assise la sainte patronne de la télévision.

Télévision en France

Aspects techniques

Principes, Équipements et Notions de base

Vidéo

Tube cathodique

Téléviseur

Antenne

Parabole

Boitiers numériques

Streaming

Podcast

Standards de diffusion

En analogique

SECAM,

NICAM,

PAL,

NTSC,

D2MAC

En numérique

MPEG,

MPEG2

MPEG4 pour la diffusion par satellite et la TNT

Moyens de diffusion

Télévision

Télévision analogique terrestre ou TAT

Télévision numérique terrestre ou TNT

Télévision par câble

Télévision par satellite

Télévision par ADSL ou fibre optique (FTTH), sur réseau d'opérateur télécom

Web TV et flux vidéo, streaming

Télévision par MMDS

Télévision sur téléphone mobile

Télévision amateur, émissions de télévision réalisées par des Radio-amateurs.

Moyens de réception

Les antennes

Qualité de réception en télévision terrestre

La qualité de réception en numérique MPEG-2

Réception et enregistrement de la télévision

Aspects réglementaires et économiques

Autorisation de diffuser

Attribution des fréquences et Licences d'émission

Régimes juridiques

Autorités de contrôle

Modèles et profils de Chaînes

Chaines publiques / chaines privées

Chaîne de télévision généraliste / Chaîne de télévision thématique

Mesure de l'audience

Audience (média)

Financement

La redevance audiovisuelle

La publicité télévisée

L'abonnement

Le paiement à la carte (pay per view)

Aspects sociétaux

Média de masse dominant

« Aux États-Unis, le nouveau média a évincé la radio et le cinéma pour s’imposer comme la forme de divertissement populaire standard dans les années 1950 ; pays prospère, la Grande-Bretagne a suivi dans les années 1960 » rapporte l’historien Eric Hobsbawm.

En France, en 2007 chaque famille possédait en moyenne 1,8 téléviseur, selon le cabinet d’audit GfK.

Selon une enquête menée au cours de l’année 2006 auprès des Français, la télévision resterait allumée en moyenne six heures par jour.

Les études en sciences sociales

Durant les années 1990 en France, le sociologue Pierre Bourdieu a travaillé à comprendre la sociologie des médias, y compris la télévision avec son livre Sur la télévision.

La télévision est un sujet vaste analysé par de nombreux courants et disciplines des sciences sociales : les Cultural studies (études de la réception, publics actifs); les études de la communication (construction du champ médiatique, rapport au champ politique national ou global, études d’impact); la Social theory (opposition structure/pouvoir d’agir, théories de la gouvernance); la sociologie (sphère publique, mouvements sociaux); l’économie politique (la télévision est une industrie culturelle); les Postcolonial studies (étude critique de la modernité comme rapport à l’Occident post/colonisateur); les théories du développement; celles de la globalisation (homogénéisation versus hétérogénéisation culturelle, impérialisme culturel, hybridité, modernités alternatives); et enfin les théories du transnationalisme (loyautés multiples, identités flexibles). Les études sociales des médias sont donc intrinsèquement pluridisciplinaires.

Plus spécifiquement, les recherches anthropologiques sur la télévision, quant à elles, ont débuté par la publication, dès le début des années 1980, d’articles sur des études de cas de l’impact de la télévision sur certaines communautés (Granzberg et Steinberg chez les Algonquins ; Graburn chez les Inuits ; Kent chez les Navajos, etc.). Quelques monographies marquantes ont par la suite marqué la discipline (Naficy sur les immigrés iraniens de Los Angeles ; Gillespie sur les immigrés indiens du nord de l’Angleterre). Ce champ d’études anthropologiques est en pleine expansion depuis le début des années 2000, s’inscrivant dans l’anthropologie des médias (media anthropology, plus développée dans les travaux anglophones que francophones), où sont traités des aspects concernant notamment la modernité, la globalisation des communautés et les spécificités culturelles locales.

La qualité des programmes

Les chaînes de télévision sont accusées de céder à la facilité dans la diffusion des programmes au détriment de la qualité.

La neutralité des programmes de télévision est considérée par certains comme discutable, ils la voient comme participant autant à la désinformation qu'à l'information des spectateurs.

Les séries télévisuelles sont accusées d'être des fictions qui ne reflètent qu'une réalité socialement bornée et qui peuvent déformer le sens des réalités chez les téléspectateurs.

La télévision est accusée par certaines associations d'être une machine fonctionnant au service des grandes entreprises diffusant des séquences de publicité (les « annonceurs »). La déclaration de Patrick Le Lay, président de la première chaîne française TF1 sur son rôle de vente de « temps de cerveaux disponible » aux annonceurs a été interprétée par ces associations comme un aveu de la réalité de la télévision. Le Lay avait déclaré en juillet 2004 : « dans une perspective « business », soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. […] Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible. »

La logique mercantile de la télévision expliquerait, selon ses critiques[Qui ?], la réduction au cours des dernières années de la durée de chaque plan. Christophe Girard, adjoint au maire de Paris et chargé de la culture, écrit, dans la page Débat du journal Le Monde du 24 août 2008, que chaque plan « excède désormais rarement dix secondes », ce qui contribue à « placer l'esprit du téléspectateur sous tutelle, dans un état de fascination télévisuelle ». Cela nuit par ailleurs, selon lui, au fond des émissions : « À la télévision, couper l'image est un moyen très efficace de couper la parole, voire de détruire la pensée ou de noyer le poisson... Ce saucissonnage des plans rend difficile la production d'une pensée qui ait un peu de continuité. Chaque intervention ne dure pas plus d'une ou deux minutes et se voit elle-même découpée en tranches de cinq secondes ».

Effet sur le sommeil et la concentration

Plusieurs études scientifiques ont montré que la télévision altère le sommeil chez les enfants, provoquant des heures irrégulières ou tardives de coucher ou en suscitant de l’agitation avant le coucher. Une étude scientifique publiée en 2008 concernant l’impact de la télévision sur les jeunes enfants (4 à 35 mois) montre que « les enfants de moins de trois ans regardant beaucoup la télévision auraient un sommeil agité et se réveillent plusieurs fois durant la nuit. Pour l’auteur de l’étude, le problème posé est de grande importance, car beaucoup de parents comptent sur la télévision pour endormir leurs enfants ». En France, la Caisse d’allocations familiales dispense le conseil suivant : « La télévision est une dévoreuse de temps de sommeil : les films ou feuilletons du soir retardent le coucher et les dessins animés du mercredi, du samedi et du dimanche matin incitent l’enfant à se lever ».

La télévision est accusée de développer la passivité, ainsi qu’une dégradation de la condition physique des spectateurs par des comportements associés : grignotage et manque d’activité[réf. nécessaire].

Dans la culture populaire

Dans La Grande Lessive (!) (1968), Jean-Pierre Mocky raconte l'histoire d'un professeur de littérature qui, déplorant les effets de la télévision sur la concentration et le sommeil de ses élèves, décide de saboter la télévision en appliquant un produit chimique sur les antennes de télévision.

Effets sur le développement de l'enfant

La télévision serait dangereuse pour le développement des bébés. En France, la direction générale de la santé (DGS) a publié un avis négatif concernant les chaînes de télévision pour enfant, à la suite des travaux du groupe d’experts réunis le 16 avril 2008. Les associations familiales et les syndicats d’enseignants réunis dans le Collectif inter-associatif enfance et média, rappelant que les chaînes de télévision destinées aux bébés représentent un danger pour leur santé et leur développement intellectuel et émotionnel, ont demandé aux pouvoirs publics l’interdiction des chaînes Baby TV et Baby first,.

Une enquête américaine publiée en octobre 2007, soutenue par la Fondation Tamaki et le National Institute of Mental Health, a été menée auprès de plus de 1 000 parents d'enfants âgés de 2 à 24 mois. Selon Frederick Zimmerman, chercheur à l'université de Washington et auteur principal de l'étude : « Si la télévision en quantité appropriée peut être utile à un certain âge pour les enfants et leurs parents, il a été démontré qu'un excès de télévision avant 3 ans est associé à des problèmes du contrôle de l'attention, un comportement agressif et un développement cognitif pauvre. ».

En comparant les performances des enfants à des tests cognitifs standardisés en fonction de la date d'introduction de la télévision dans les différentes villes américaines (entre 1940 et le milieu des années 1950), les économistes Matthew Gentzkow et Jesse Shapiro montrent que l'exposition à la télévision avant l'âge d'entrée à l'école n'a pas d'effet négatif sur les performances cognitives des enfants. Au contraire, il semble que l'exposition à la télévision avant l'entrée à l'école augmente légèrement les performances des enfants. L'effet sur les performances d'expression orale, de lecture et de connaissances générales est plus fort pour les enfants issus de famille dans lesquelles l'Anglais n'est pas la langue maternelle.

L'Académie américaine de pédiatrie, à la suite d'une méta-analyse de 50 études sur les conséquences de la télévision sur les enfants, émet la recommandation de bannir l'écran de télévision ou de l'ordinateur à tout enfant de moins de deux ans (90 % de ces enfants américains regardent une forme de média numérique 1 à 2 heures par jour), ces médias nuisant à leur attention et diminuant la communication des parents avec leur enfant.

Effets sur la santé

La télévision est un facteur contribuant à l'augmentation de l'obésité à la fois par l'inactivité physique qu'elle entraîne pour le spectateur et par l'effet de la publicité pour des produits alimentaires souvent gras et sucrés. Il existe un lien entre une forte exposition aux publicités télévisées et l'obésité des jeunes de 2 à 18 ans. L'exposition à la publicité télévisée portant sur des aliments de haute densité énergétique (notamment sucrés et gras) est associée à une prévalence plus élevée de l'obésité.

De manière plus générale, le temps passé devant l'écran est corrélé avec une augmentation du risque de diabète de type II, de survenue de maladies cardio-vasculaires ainsi qu'une augmentation de la mortalité, toute cause confondue.

En 2011 un Français (Michel Desmurget, docteur en neurosciences) sort un livre (TV lobotomie (ISBN 978-2-31500-145-3)) qui réunit les conclusions d'études parues sur plusieurs années. Abordant de multiples aspect de santé (ex : psychologie, développement intellectuel, répercussions sociales).

2011, un article dans L'Humanité Dimanche indique que la diffusion de violences à la télévision aurait pour objectif de favoriser la consommation de produits gras et sucrés (affichés lors des publicités). Inconvénient sur la télévisionPour Christophe Piar, les médias en général, et la télévision en particulier, peuvent parfois avoir un impact sur les résultats des élections, avec ce que les chercheurs appellent des effets d'amorçage, d'association et de cadrage. Ces deux derniers effets ont en particulier contribué à la victoire de Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle de 2007. Les candidats ont ainsi tout intérêt à faire jouer à leur profit ces mécanismes, en essayant d'influencer au maximum les journalistes dans leur travail de fabrication de l'information.

Effet sur la participation électorale

En comparant la participation électorale par ville en fonction de la date d'introduction de la télévision aux États-Unis, l'économiste Matthew Gentzkow montre que l'introduction de la télévision a un fort effet sur la baisse de la participation électorale. Cet effet s'explique principalement par une baisse de la lecture des journaux et de l'écoute de la radio qui conduisent à une baisse des connaissances politiques.

La télévision se veut pourtant plus « démocratique » que certains médias traditionnels, à la portée de tous. Bien que concurrencée en Occident par Internet, la télévision reste dans les sociétés non occidentales, où le taux d’alphabétisation est variable, le médium de masse de référence. Elle s’analyse anthropologiquement comme « un écran sur lequel se projette la culture et un espace d’où l’on peut voir le politique » (Screening Culture, Viewing Politics).

Effet sur les résultats de l'élection

Les économistes Stefano Dellavigna et Ethan Kaplan ont comparé l'évolution du vote en faveur des Républicains entre 1996 et 2000 dans les villes pour lesquelles la chaîne de télévision conservatrice Fox News a été ajoutée au réseau câblé et dans les villes qui n'ont pas accès à Fox News. Ils mettent en avant un effet de l'introduction de Fox News sur le vote en faveur des Républicains. Dans les villes où Fox News a été introduite, les Républicains ont gagné entre 0,4 et 0,7 points de pourcentage entre 1996 et 2000. Cette étude montre le pouvoir de persuasion potentiel de la télévision.

En comparant les résultats aux élections parlementaires russes de 1999 dans les régions où il existait une chaîne de télévision indépendante du gouvernement et dans les régions où il n'en existait pas, les économistes Ruben Enikolopov, Maria Petrova et Ekaterina Zhuravskaya montrent qu'il existe un effet massif sur le résultat électoral. En présence d'une chaîne de télévision indépendante, le score du parti gouvernemental baisse de près de 9 points de pourcentage.

Effet sur le comportement social

En s'appuyant sur des données indonésiennes, l'économiste Benjamin Olken montre que l'introduction de la télévision diminue la participation à des organisations sociales et la confiance en soi.

Dans l’intimité des foyers, la télévision est également un vecteur de questions sociales macrosociales et à large portée puisque des enjeux comme la construction nationale et les reconfigurations identitaires sont projetés sur écran. Le comportement social est porté à changer par la télévision d’autant plus que les producteurs et les spectateurs sont amenés à mettre en lumière, débattre, contester ou négocier des représentations relatives notamment à la modernité (Abu-Lughod), aux imaginaires politiques (Mankekar), à l’autoreprésentation pour les groupes minorisés (Henrion-Dourcy), ou encore à la circulation transnationale de contenus symboliques (dans le cas de diasporas ou de téléséries produites sur un continent et consommées sur un ou plusieurs autres : Werner).

Une addiction ?

La télévision offre une gratification immédiate aux téléspectateurs. Ce serait un plaisir qu’on regrette ensuite. Les enquêtes montrent que le petit écran est l’un des loisirs les plus frustrants pour les téléspectateurs eux-mêmes. La corrélation entre le nombre d’heures passées devant le téléviseur et les indices de satisfaction est négative. Selon Robert Putnam, comme toute consommation compulsive ou addictive, la téléphagie est une activité étonnamment peu valorisante.

Les métiers de la télévision

Catégorie:Métier de la télévision

Notes et références

Voir aussi

Tous les articles commençant par télévision

Toutes les pages avec « télévision » dans le titre

Bibliographie

Histoire technique de la télévision

Albert Abramson, History of Television, 2 vol., Mc Farland, 1997 et 2002.

R. W. Burns, Television - an international history of the formative years, Peregrinus, London, 1998.

Jean-Jacques Ledos, Dictionnaire historique de la télévision, L'Harmattan, 2013.

Jean-Jacques Ledos, Petite contribution à l'histoire de la télévision, L'Harmattan, 2012.

Essais

Boorstin Daniel, L'image, 1963.

Max Leclerc, La République du Mépris, 1975.

Mander Jerry, Four Arguments for the Elimination of Television, Perennial, 1978.

Pierre Miquel, Histoire de la radio et de la télévision, Perrin, 1984. Résumé du livre

Barnouw Eriube of Plenty: The Evolution of American Television, Oxford: Oxford University Press, 1992.

Luc Boltanski, La Souffrance à distance, Métailié, 1993.

Karl Popper, La télévision, un danger pour la démocratie, Anatolia, 1995.

Bourdieu Pierre, Sur la télévision, Raisons d'agir, Paris, 1996 (ISBN 978-2-912107-00-8)

Michel Meyer, Le livre noir de la télévision, Grasset, 2006.

Bertrand Bergier, Pas très cathodique. Enquête au pays des sans télé, Eres, 2010.

Isabelle Dumas-Pelletier, Télévision, Dans le secret des dieux et des divas, Jacob-Duvernet, 2011.

Santé

Michel Desmurget, TV lobotomie, Max Milo Éditions, 2011 (ISBN 978-2-31500-145-3)

Roman

Jean-Philippe Toussaint, La Télévision, Éditions de Minuit, 1997.

Jeunesse

Susie Morgenstern, illustré par Pef, Oukélé la télé, Gallimard Jeunesse, 1984.

Filmographie

Pas vu pas pris, documentaire (1998) réalisé par Pierre Carles sur les relations entre le milieu de la télévision française et la classe politique française.

La Grande Lessive (!), film humoristique sur les méfaits de la TV (1969) réalisé par Jean-Pierre Mocky avec Bourvil et Francis Blanche.

Le tube, film documentaire sur les effets de la TV sur le cerveau (2001) de Peter Entell.

Black mirror , série qui dénonce la dépendance aux médias.Voir aussi la Catégorie:Film documentaire sur les médias

Articles connexes

Chaîne de télévision

Émetteurs de télévision

Téléviseur

Télé poubelle

Binge watchingTélévisions nationalesTélévision en France

Chronologie de la télévision française

Histoire de la télévision française

Télévision en Belgique

Histoire de la télévision en Belgique

Télévision aux États-Unis

Télévision québécoiseChaînes de télévisionListe de chaînes de télévision

Liste des chaînes de télévision d'information en continu

Liste de chaînes de télévision associativesÉmissions de télévisionFeuilleton télévisé

Série télévisée

Liens externes

Conseil supérieur de l'audiovisuel

Observatoire européen de l'audiovisuel

Histoire de la télévision

Portail de la télévision

La liste des mots commençant par Tv est la suivante :